Julia Kristeva

JULIA KRISTEVA À SOFIA, 26 septembre 2014

!jkL’ambassade de France à Sofia
L’Institut culturel français en Bulgarie
Le centre culturel de l’Université de Sofia
Le séminaire littéraire de Sofia

vous invitent à:

La conférence de

Julia Kristeva
Nouvelles formes de la révolte

26 septembre 2014,11h
Université Saint-Clément d’Ohrid de Sofia

Julia Kristeva, docteur honoris causa de l’Université de Sofia et de nombreuses universités aux États-Unis, au Canada et en Europe, est née en Bulgarie. Encore étudiante en philologie française à l’Université de Sofia elle fait partie de cette puissante et dynamique génération d’intellectuels (Tzvetan Stoyanov est un de ses proches amis) qui espère surmonter la machine idéologique répressive avec la force de l’esprit, et introduire la pensée bulgare sur l’échiquier du monde. L’exil donne cette chance à Julia Kristeva. Depuis 1966 elle travaille et vit en France. Julia Kristeva est écrivain, psychanalyste, professeur émérite à l’Université Paris 7 – Diderot et membre titulaire de la Société Psychanalytique de Paris. Officier de la Légion d’Honneur (2008), Commandeur de l’Ordre du Mérite (2011), première lauréate en décembre 2004 du Prix Holberg (créé par le gouvernement de Norvège pour remédier à l’absence des sciences humaines dans le palmarès du Nobel), elle a obtenu le Prix Hannah Arendt en décembre 2006 et le prix Vaclav Havel en 2008. Elle est l’auteur d’une trentaine d’ouvrages, parmi lesquels : La Révolution du langage poétique, Histoires d’amour, Pouvoirs de l’horreur (essai sur l’abjection), Soleil noir (dépression et mélancolie), Le Temps sensible (Proust et l’expérience littéraire), la trilogie Le génie féminin : Hannah Arendt, Mélanie Klein et Colette, La Haine et le Pardon, Cet incroyable besoin de croire, Pulsions du temps, ainsi que des romans dont Les Samouraïs, Meurtre à Byzance et le récit Thérèse mon amour. Son œuvre est entièrement traduite en anglais, et la plupart de ses livres sont disponibles dans les grandes langues du monde.

« Je me révolte, donc nous sommes“ (Camus). Ou plutôt : Je me révolte donc nous sommes à venir. Une expérience lumineuse et de longue haleine.

On parle beaucoup de révolte dans notre monde globalisé : soulèvements populaires, jeunesse indignée, dictateurs détrônés, présidents sortis de leurs gonds d’oligarques, espoirs et libertés réprimés en prisons, procès de carnaval et bains de sang. La révolte, dite « riot » sur le Web, serait-elle en train de réveiller l’humanité numérique de son rêve hyperconnecté ? Rien qu’une ruse du spectacle qui en redemande pour durer? Mais de quelle révolte parlons-nous? (Julia Kristeva, Nouvelles formes de la révolte)

Les thèmes de la révolution et de la révolte dans leurs significations et manifestations historiques multiples occupent Julia Kristeva depuis sa grande œuvre de jeunesse La révolution du langage poétique (1974). Plus tard, dans la perspective des changements sociaux et politiques dans le monde, elle revient à ce sujet dans ses remarquables recherches Sens et non-sens de la révolte (1996) et La révolte intime (1997). Le discours que Kristeva adressera à la communauté universitaire de l’Université de Sofia, situera cette question dans le contexte de la mondialisation et de ses outils qui tentent de convertir toute résistance en images, en partie intégrante de la société du spectacle. Aujourd’hui, nous souffrons d’une maladie d’idéalité. Entre le nihilisme et le fondamentalisme, qui sont des symptômes de cette maladie, quelles pourraient être «les nouvelles formes de la révolte»? Selon Julia Kristeva, il est nécessaire que ces formes s’amorcent à partir de la mise en question permanente des identités et des valeurs, dans une renaissance de la vie de l’esprit.

Advertisements

Вашият коментар

Попълнете полетата по-долу или кликнете върху икона, за да влезете:

WordPress.com лого

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Промяна )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Промяна )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Промяна )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Промяна )

Connecting to %s